Compte rendu CGT CE Sud-Ouest du 21 septembre 2017

La déclaration préalable des élus CGT dénonçant la fin des éditions locales, les ordonnances Macron, l’inéquitable répartition des fictions à la filière et l’amputation de 50M€ en 2018 avec le non-respect du COM est à lire ici.

Les élus CGT étaient en grève contre les ordonnances Macron en ce jour de CE. Mais ils ont décidé de siéger malgré tout, car ils estiment de leur responsabilité de siéger pour rendre compte et informer les salariés.

LOCALES EFFERVESCENTES… EN ATTENDANT L’ÉBULLITION

Le sujet du jour a évidemment été les locales. Si vous n’avez pas encore pris connaissance de notre compte rendu des débats diffusé vendredi, c’est ici.

FORMATION

Avec Evelyne Esquerdo, responsable développement RH France 3 Sud-Ouest, en visio

BILAN DU PLAN DE FORMATION 2017 A MI-ANNÉE ET ORIENTATIONS PLURIANNUELLES DE LA FORMATION 2018-2020

La commission emploi-formation du CE Sud-Ouest s’est réunie le 31 août pour examiner le bilan du plan de formation des salariés des 5 antennes de Nouvelle Aquitaine et Occitanie (hors filière) au 30 juin 2017 et les Orientations pluriannuelles de la formation à FTV de 2018 à 2020.

Le compte rendu du bilan du plan de formation est à lire ici.

A l’issue de cette présentation, Olivier Godard a affirmé qu’il n’était pas question de laisser des besoins de formation en attente s’ils peuvent être satisfaits budgétairement. Laurence Mayerfeld a ajouté qu’elle y réfléchit d’autant plus que des besoins apparaîtront si « NAQ TV » voit le jour en septembre 2018 (sur ce sujet, plus d’info en octobre). Les fonds de formation seraient alors utilisés pour former les salariés aux outils numériques d’ici la fin de l’année.

Les élus ont rendu un avis à l’unanimité sur la base des conclusions du compte rendu de la commission :

AVIS du CE France Télévisions Sud-Ouest

sur le plan de formation 2017 à mi-parcours

La direction estime que ce bilan à mi-parcours est satisfaisant et convient que le second semestre devra permettre de réaliser les prévisions. Dans les commentaires du document remis aux élus, la responsable formation de France 3 Sud-Ouest émet des réserves sur les formations projetées : « nous avons toutefois des difficultés à effectuer des inscriptions car il n’y a parfois pas assez de stagiaires pour pouvoir mettre en œuvre des sessions » (p. 7) ou encore « nous rencontrons quelques difficultés pour inscrire les collaborateurs en raison de sessions non créées à l’UFTV par manque de participants » (p. 8). 

Les élus s’inquiètent de ces réserves, et ce à plus d’un titre. Alors qu’il reste du budget pour engager de nouvelles formations, il ne serait pas acceptable de s’entendre dire qu’une partie de la somme allouée à la formation en Occitanie et Nouvelle Aquitaine soit rendue au central faute d’inscrits dans les sessions ! 

Dans le même temps, la direction ne cesse de mettre en avant une politique de formation qui serait renforcée par des objectifs de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences. Pour rappel, la GPEC est le maintien dans l’emploi des salarié-e-s par le développement de leurs compétences tout au long de leur carrière, mais encore faut-il inciter, mettre en œuvre, accompagner et proposer aux salariés des formations spécifiques qui leur permettent d’acquérir un socle commun de connaissances. 

Avec la généralisation du numérique et son implication dans quasiment tous les métiers, toutes les fonctions évoluent, tous les emplois sont en mutation. Une phase délicate pour certains métiers, aussi, n’attendons pas forcément les cursus ou parcours de l’UFTV qui tardent à venir, notamment pour les « assistantes 2.0 », et inscrivons les salariés volontaires à des formations existantes sur le numérique pour leur permettre d’acquérir les prérequis à un futur profil de contributeurs. 

Avec l’ensemble des acteurs RH qui sont mobilisés pour les entretiens individuels et professionnels, ne pourrions-nous pas espérer des propositions et des préconisations de formations plus en adéquation avec les mutations en cours ? 

Plutôt que d’attendre le nombre fatidique de salariés inscrits aux formations pour savoir si elles se réaliseront ou pas, ne pouvons-nous pas faire venir un formateur et organiser des sessions spécifiques sur site en inscrivant des salariés de nos 5 antennes ? 

Alors qu’il reste du budget, que les besoins en formation sont nombreux et que les mutations professionnelles sont en cours, il serait incompréhensible au moment du bilan annuel de s’entendre dire qu’une partie de la dotation budgétaire a été rendue faute d’inscrits. La commission a alerté les élus sur l’impérieuse nécessité de rappeler à la direction son obligation en matière de formation. Le plan de formation de nos antennes doit permettre au plus grand nombre d’être éligibles à une formation en vue d’une évolution, et pour ceux qui ne pourraient être éligibles, un accompagnement dans les méandres des dispositifs individuels pourrait être une réponse. Ces dispositifs et ces moyens non mobilisés sont à ce jour des freins plutôt que des moyens d’évoluer professionnellement au sein de l’entreprise. 

Adopté à l’unanimité des élus

Toulouse, le 21 septembre 2017

PLANIFICATION DES FORMATIONS EN E-LEARNING

Ce fut un long combat des élus mais ça y est, il existe désormais une note du DRH de FTV précisant les modalités de planification des formations suivies en e-learning pour les personnels au décompte horaire. Mais pour les personnes au forfait, à elles d’organiser leur temps de travail pour planifier leur formation.

La note FTV e-learning 2017 est à lire ici.

EMPLOI

Avec Evelyne Esquerdo, responsable développement RH France 3 Sud-Ouest, en visio

La commission emploi-formation du CE Sud-Ouest s’est réunie le 15 septembre pour examiner le bilan de l’emploi au 30 juin 2017 en Nouvelle Aquitaine et en Occitanie, filière comprise.

Le compte rendu du bilan de l’emploi est à lire ici.

A l’issue de la présentation, Laurence Mayerfeld a justifié sa volonté de transformer un poste vacant de JRI à la rédaction de Bordeaux en conseiller de programmes pour Limousin-Poitou-Charentes (mais basé à Bordeaux) : le déséquilibre flagrant à Bordeaux entre rédacteurs et JRI était vrai il y a 3 ans, mais selon elle aujourd’hui ce n’est plus le cas et il serait largement amorti. De plus, ajoute-t-elle, le poste transformé est celui d’un JRI qui ne portait plus la caméra.

Résultats du COCA du 20 septembre

SOUS RÉSERVE DE LA VALIDATION PAR LE DRH DE FTV

  • Chef monteur-euse à Montpellier : recrutement d’Elizaveta KIBIREVA
  • Rédacteur-trice à Carcassonne : recrutement d’Alexandre GRELLIER
  • Chargé-e de gestion administrative à Toulouse : report au COCA d’octobre le temps d’effectuer une « étude complémentaire»

HANDICAP

Avec Evelyne Esquerdo, responsable développement RH France 3 Sud-Ouest, en visio

La Prévalence du Handicap est estimée à 15% de la population mondiale. Dans 80% des cas, il s’agit de handicaps invisibles.

Les élus du CE étaient consultés sur l’application du 3ème Accord pour la promotion de l’insertion, du maintien dans l’emploi et de l’évolution de carrière des personnes en situation de handicap au sein du groupe France télévisions signé par la CGT pour une période de 5 ans de janvier 2016 au 31 décembre 2020.

Pour rendre leur avis ils se sont appuyés sur le travail de la commission du CE Handicap Diversité et Discrimination dont la présidence est assurée par Patrick Mauduit. La direction était représentée par Evelyne Esquerdo qui est depuis la réorganisation la nouvelle Correspondante Egalité des Chances pour France 3 Sud-Ouest.

La commission propose de se réunir une première fois en février pour travailler dès l’élaboration de la D.O.E.T.H. (Déclaration Obligatoire d’Emploi des Travailleurs Handicapés), puisque c’est le sens même de l’accord. Bruno Girault a rappelé que l’accord Handicap est un accord groupe, les bilans sont censés être nationaux pour atteindre le niveau de 6% (obligation légale) de recours aux salariés en situation de handicap dans l’entreprise.

Les chiffres de l’ex-Pôle Sud-Ouest sont plutôt bons : 6,66%. Mais en y regardant de plus près il faut gérer tous les ans un jeu d’entrées/sorties des T.H. (Travailleurs Handicapés) pour maintenir ce bon résultat, car certains salariés ne reconduisent pas leur RQTH (Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé). D’où un travail énorme du secteur RH. Il y a eu ainsi 13 nouvelles RQTH en 2016.

Au total, 63 collaborateurs en situation de handicap travaillent dans le Sud-Ouest : 28 femmes et 35 hommes, soit 6,66% de taux d’emploi, ce qui est au-delà des objectifs fixés par la loi. Ce chiffre au niveau du réseau national chute à 4,21%, bien en deçà des objectifs fixés par la loi. Nous n’avons pas de données sur le reste du groupe. Dans le détail, l’ex-Pôle Sud-ouest est en 2016 « le meilleur élève du réseau » dans ce domaine en nombre de postes et aussi en pourcentage d’emplois directs.

Les chiffres sont également gonflés par le recours massif à la sous-traitance (21 entreprises du secteur protégé en 2016 pour 80K€ engagés) comme le prévoit l’accord.

Cet accord Handicap est aussi lié à l’accord génération avec le recrutement de jeunes.

67% des salariés en situation de handicap ont plus de 50 ans et 10 de nos 63 collègues T.H. ont 60 ans.

L’accueil de stagiaires issus de zones sensibles ou de stagiaires handicapés sera renforcé car des places seront désormais réservées pour eux, de même la formation par l’alternance est une des meilleures pistes avancées pour améliorer encore ces futurs recrutements.

Les objectifs pour France 3 Sud-Ouest dans ce 3ème Accord sont bien engagés et le cap est fixé jusqu’à 2020 :

  • 3 CDI : 2/3 déjà réalisés, il reste 1 CDI à recruter pour atteindre l’objectif
  • 3 alternants : pas d’informations en notre possession
  • 2 CDD : 1/2 déjà réalisé, il reste 1 CDD à recruter pour atteindre l’objectif
  • 4 stagiaires : pas d’informations en notre possession

La commission demande l’accès à plus d’information sur le plan d’action annuel et propose de se réunir une seconde fois sur l’Accord Handicap et sur le Contrat de Génération au dernier trimestre pour faire le point sur les engagements de la direction.

35 collaborateurs TH (sur 63) ont eu une formation en 2016, ce qui fait un peu plus de 1 sur 2.

Il y a de nouveaux droits dans cet accord, notamment pour les salariés qui ont des enfants ou des proches en situation de handicap. Ce sont « les aidants familiaux ». Une communication de la direction a eu lieu le 20 septembre 2017 pour s’inscrire et assister le 16 novembre prochain à un séminaire organisé à Vanves pour les aidants familiaux.

La commission a également demandé un point sur les travaux et aménagements spécifiques réalisés durant l’année 2016 sur l’ensemble des sites de l’ex-Pôle Sud-Ouest. Evelyne Esquerdo a transmis fin juin un bilan très complet qui faisant état de nombreux investissements réalisés.

Même si l’anonymat reste important dans ce domaine, il est essentiel de donner la parole aux salarié-e-s qui sont en situation de handicap afin qu’ils-elles apportent leurs témoignages sur leur situation personnelle au sein de l’entreprise. Le travail autour du handicap doit être collectif, c’est pourquoi la commission propose lors des actions mises en place chaque année pour la Semaine pour l’emploi des personnes handicapées d’impliquer plus encore des salariés volontaires sous la forme d’une participation active durant ces journées.

AVIS DES ÉLUS SUR LE BILAN HANDICAP 2016

Les membres de la commission Handicap Diversité et Discrimination ont préconisé de rendre un avis positif sur ce bilan Handicap 2016, appuyé par 3 avis positifs des CHSCT de Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon et Poitou-Charentes.

Néanmoins, les membres de la commission souhaiteraient avoir un document plus complet comme prévu par l’accord, afin d’aborder en commission tous les points d’engagement et mieux valoriser encore ce bilan annuel du handicap à l’avenir.

Les membres de la commission préconisent également de fournir des documents un peu plus sérieux aux 5 CHSCT concernés par le périmètre 2017 des nouvelles régions Occitanie et Nouvelle Aquitaine.

Au vu de ces éléments, les élus du CE rendent un avis positif au bilan Handicap 2016 sur l’ex-périmètre Pôle Sud-Ouest.

Avis positif voté à l’unanimité par 9 VOIX POUR

DÉNONCIATION DE L’USAGE VISANT A VERSER SYSTÉMATIQUEMENT DES INDEMNITÉS REPAS « ZONE DE RÉSIDENCE »

En présence de Jean-François Masselin, responsable des finances de France 3 Sud-Ouest.

Ce point a déjà été traité en CE le 23 mai dernier pour les sites de Tarbes, Foix, Carcassonne et Mende. Cette fois cela concerne les salariés des sites de Pau, Mont-de-Marsan, Dax et Agen.

C’est une démarche initiée sur l’ensemble du réseau régional. La direction veut harmoniser les pratiques et mettre fin à un usage vieux d’une quinzaine d’années.

Comme le prévoit l’accord collectif, les salariés des sites de Pau, Mont de Marsan, Dax et Agen recevront des titres restaurant car ils ne bénéficient pas d’un restaurant d’entreprise. L’usage était de leur verser l’indemnité repas zone de résidence.

Cette mesure sera effective à partir du 1er janvier 2018, après expiration du délai de prévenance. Les salariés concernés recevront au préalable un courrier explicatif.

Pour autant, s’ils remplissent les critères d’attribution, ces salariés pourront percevoir l’indemnité repas zone de résidence au lieu d’un ticket restaurant. Exemples :

  • si l’équipe reste dans la ville du bureau : ticket restaurant
  • si l’équipe se trouve à moins de 50 km du bureau à l’heure du repas mais n’a pas le temps de rentrer au bureau : indemnité de repas « zone de résidence 1 »
  • si l’équipe se trouve à plus de 50 km du bureau à l’heure du repas : remboursement sur note de frais

DÉPLOIEMENT DE CONCUR – outil de gestion des frais de mission

En présence d’Eric Piaumier, chef de projet

Les instances ayant rendu leur avis, le projet est maintenant en cours de déploiement.

Concur va remplacer Ulysse qui est obsolète (pas d’évolution technologique, maintenance arrêtée par le fabricant…). Pour la direction, les objectifs sont multiples :

  • se doter d’un outil en ligne avec les évolutions technologiques
  • possibilité d’un accès à distance à tous les utilisateurs via son smartphone
  • les frais d’agence de voyage seront réduits à zéro si une assistante fait la réservation elle-même
  • c’est source d’économies grâce à :
    • des contrôles
    • une politique d’achat, notamment sur les voyages
    • des processus optimisés des réservations et des processus administratifs des remboursements
  • interface avec Carlson Wagon Lits
  • Concur a déjà un partenariat avec UBER et airbnb
  • faciliter la saisie :
    • interface avec la Carte corporate : la totalité des dépenses est transmise automatiquement
    • demain on photographiera les tickets et grâce à la reconnaissance de caractères plus besoin de saisir le tarif

Le constat est assez clair, les solutions proposées sur le marché sont toutes orientées « collaborateurs », et avant tout développées pour les smartphones. Le self booking tool (SBT), ou « fais-le toi-même », devient la principale tendance.

Le positionnement GPS est intégré pour connaître directement les distances géographiques, mais la direction ne souhaite pas activer la fonctionnalité de « tracking ».

L’ordre de mission est obligatoire pour déclencher un rattachement des factures à une liquidation des frais. Les salariés administratifs qui créent aujourd’hui les ordres de mission continueront de le faire. A terme, les salariés saisiront leurs notes de frais au fur et à mesure mais devront continuer à les donner aux assistantes.

En effet, en mars 2017 la loi a déjà évolué : plus d’obligation de garder la version papier de certains documents comme les factures fournisseurs. Avec Concur il faudra faire une photo des tickets des dépenses et garder les originaux.

Le processus de contrôle restera le même.

Pour tout cela toutes les administratives seront formées.

Une phase de test est prévue pour débuguer et identifier les contraintes de l’outil. 50 salariés (25 en région + 25 au siège) sont en train d’être équipés pour tester l’application de novembre à janvier. Au final il devrait y avoir 1 ou 2 salariés par direction. Ils recevront une formation de 30 minutes avec tuto en e-learning. L’équipe projet rencontrera mensuellement le bureau de l’IC-CHSCT pour faire le point.

L’équipe projet fera le tour des antennes de novembre à janvier. Elle fera une présentation en CODIR le matin puis sera à la disposition des salariés à la pause déjeuner pour des démos. Quand on est branché on dit un « midi digital bar »… L’après-midi sera réservée à la RH pour recenser les salariés les plus impactés en termes d’emploi. Ces personnes bénéficieront d’un plan de développement RH personnalisé.

Olivier Godard ne s’avance pas sur l’avenir professionnel des assistantes. Il pense qu’il faut qu’on aille d’abord au bout de la dématérialisation, ce qui permettra une clarification de leurs tâches restantes, après on pourra se pencher sur la question. Cela implique notamment d’imposer beaucoup plus qu’aujourd’hui aux salariés de saisir eux-mêmes leurs données dans monkiosque.

La direction reconnaît que les notes de frais sont un sujet sensible, sans parler de la complexité du règlementaire. Le déploiement de Concur est prévu en mars 2018, mais la direction compte sur un délai de 5 ans pour qu’il soit accepté par tous. Pour une fois qu’elle est pragmatique…

Aujourd’hui les principaux générateurs de frais de mission sont les managers et les journalistes. La plupart étant déjà équipés d’un smartphone, la question d’équiper tout le monde ne se pose pas dans l’immédiat, mais elle reste ouverte selon Eric Piaumier.

Une pensée pour les personnels administratifs qui se sont arrachées les cheveux avec Carlson Wagon Lits : « les problèmes avec CWL sont dus à la lourdeur de notre outil et pas de l’agence. L’agence ne fait que suivre nos règles » et « notre pire difficulté c’est la déplanification. » C’est pourquoi notamment des procédures « offline » ont été mise en place pour la filière.

La présentation de Concur faite aux élus est à lire ici.

RENOUVELLEMENT DU CONTRAT DE GARDIENNAGE

Avec Marie-Laurence Ferracci (coordinatrice IMG-HSE) en audio. Pour info, elle est également la rédactrice du projet de nouvelle offre régionale « NAQ TV ».

FTV est soumise à la procédure de commande publique, ce qui implique de faire des appels d’offres pour à peu près tout.

Le prochain appel d’offres qui concernera tout le réseau France 3 est celui du gardiennage. Il sera divisé en 25 lots (24 antennes + Vendargues), ce qui permettra de faire un « tronc commun » sans oublier les spécificités de chaque site.

Le futur contrat durera 3 ans avec reconduction possible d’un an. Entrée en vigueur le 1er février 2018. Les contrats en cours qui devaient s’arrêter avant le 1er février seront prorogés jusque-là et ceux qui devaient prendre fin après cette date seront négociés.

Nos contrats de nettoyage seront les prochains à être renouvelés.

A noter : les secteurs du gardiennage et du nettoyage imposent aux nouveaux prestataires de reprendre les salariés de l’ancien en conservant leurs conditions sociales (salaire, primes, ancienneté…). Sous réserve de plus de 6 mois d’ancienneté et plus de 50% du temps de présence dans nos locaux.

Un décret qui entrera en vigueur le 1er janvier 2018 changera profondément la donne. Désormais la loi restreint les activités qu’un employeur peut confier aux gardiens : elles doivent strictement relever de la sécurité et de la protection. Cela signifie qu’ils-elles ne pourront plus répondre au téléphone, à moins qu’il s’agisse d’un appel d’urgence relevant de la sécurité du site ou des personnes, ou distribuer le courrier, mais son contrôle pour vérifier qu’il n’est pas piégé, oui. Donc fini les « agents d’accueil de sécurité » !

Les élus se satisfont de cette nouvelle loi qui permettra d’éclaircir les cas de délit de marchandage.

En conséquence, toutes les tâches où n’intervient pas la notion de sécurité devront faire l’objet d’une solution alternative. La direction dit avoir engagé ce travail. On imagine déjà la solution : une petite réorganisation du travail.

L’autre évolution est évidemment le terrorisme. La capacité de fournir du renfort en moins de deux heures fera partie de la notation des candidats.

COMMISSION NOUVELLES TECHNOLOGIES DU CE

Vincent Rivière, technicien vidéo à Poitiers, a été élu à la présidence de la commission Nouvelles technologies du CE en remplacement de Thierry Pujo.

ACCORD COMPÉTENCES COMPLÉMENTAIRES PTA DANS LE RÉSEAU RÉGIONAL FRANCE 3

L’accord, signé cet été par la CGT, entre en vigueur après les démarches de dépôt à la DIRECCTE. Le DRH du réseau régional, Olivier Godard, précise que les personnes qui exercent déjà de façon régulière l’une des compétences complémentaires listées dans l’accord vont pouvoir bénéficier d’un paiement rétroactif ; leur recensement est en cours. La RH travaille à identifier le montant des rappels. L’objectif est de boucler les paiements des rétroactifs avant la fin de l’année.

N’oubliez pas de rappeler à votre chef de service et à votre RRH si vous êtes concernés, un oubli est si vite arrivé…

La direction devrait faire bientôt une communication expliquant le processus pour ceux qui souhaiteraient exercer une compétence complémentaire. Tout est expliqué dans la lettre mensuelle de la CGT consacré à cet accord.

CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION A LA FILIÈRE DE BORDEAUX

Avec retard la filière de production a présenté un contrat de professionnalisation. Alexane BREGIER est diplômée du BTS audiovisuel de Bayonne et complète sa formation avec une année complémentaire en montage et post-production.

Les élus ont émis un avis positif par 9 voix pour et 3 abstentions.

BLACKLISTAGE

Les élus CGT ont dénoncé le blacklistage d’une rédactrice CDD alors qu’elle a entamé une procédure en requalification. Olivier Godard « réfute le terme de blacklistage, il n’y en a pas. Depuis que le contentieux a été introduit, la personne a continué à travailler. Certes moins »

Cette collègue a déjà vu sa collaboration s’arrêter avec Tours et Bourges suite à la suppression des éditions locales, et aujourd’hui à Poitiers. Dernièrement, des centaines de coups de fil ont été passés pour trouver un CDD alors qu’elle avait prévenu être disponible. Olivier Godard n’a pas donné d’explication mais ajoute que cette salariée peut travailler dans toutes les antennes du réseau.

La CGT rappelle que l’interdiction professionnelle est un délit.

CAP SUD-OUEST EN DIRECT ET EN HD

Les élus CGT ont demandé les résultats d’audience de la PAE diffusée le week-end dernier sur Nouvelle Aquitaine, un Cap Sud-Ouest avec captation en direct en HD par le VPTL.

Patrice Schumacher, directeur des antennes et programmes régionaux de France 3 depuis la promotion d’Olivier Montels, a répondu qu’il fallait encore attendre le rapport complet des études, mais a priori nous n’avons pas fait mieux que Zorro (le programme national occulté par la PAE) qui cartonne en NA (13,2% en moyenne, plus que l’audience nationale). Néanmoins, la PAE a tout de même réalisé un score de 10,7%, ce qui est excellent !

SUPPRESSION DE POSTE A LIMOGES

Une assistante des services techniques de Limoges part à la retraite au 1er novembre prochain. Pas de remplacement prévu, une nouvelle organisation du travail du service est en réflexion.

Prochain CE le 20 octobre à Bordeaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *