Compte rendu du CE du 28 mars 2017

En ouverture du CE du 28 mars, les élu-e-s et les représentant-e-s de la direction ont observé une minute de silence en mémoire de Dominique Albier, cadre à la production à Bordeaux décédée samedi.

PASSAGE A 5 JOURS, EN SEPTEMBRE 2017, DE LA MATINALE DE NOUVELLE AQUITAINE

La direction travaille différentes hypothèses pour le passage de l’émission à 5 jours en Nouvelle Aquitaine : 5 émissions fraîches ou 4 émissions fraîches et un best of accompagné d’un module agenda du week-end le vendredi. Dans les 2 cas :

  • le Flash info serait supprimé ;
  • la direction souhaiterait enrichir le contenu de l’émission (les audiences ne décollent toujours pas sur la zone Aquitaine). Pour se faire, il faut dégager des moyens humains et techniques.

La direction pourrait dégager ce potentiel de l’émission Péché Gourmand. En effet, compte-tenu de la baisse des audiences de cette émission, il faut retravailler le contenu. Une étude est donc en court pour passer l’émission en co-production, notamment pour obtenir une ligne éditoriale plus « documentaire » (et accessoirement la subvention du CNC). Cette opération pourrait dégager 134 demi-journées de montage à Limoges sur les 67 jours de post-production dédiés initialement à Péché Gourmand, et libérer du temps pour le potentiel humain travaillant sur l’émission. Reste à étudier si la post-production de Péché Gourmand passe à la filière ou rentre dans la co-production. La solution de la filière est évidemment fortement soutenue par les élu-e-s CGT.

Un point d’interrogation subsiste sur la collaboration de l’assistante d’émission de Toulouse sur la matinale de Nouvelle Aquitaine à la rentrée. Il faut attendre la fin de l’élaboration de la grille de septembre en Occitanie pour savoir si la région aura besoin du potentiel de cette assistante. Si tel est le cas, la direction de Nouvelle Aquitaine devra trouver une autre solution à Limoges.

En l’absence de Carlos Bélinchon, qui participe avec Olivier Montels aux Etats généraux de la Production en région à Montpellier, la situation de la Matinale en Occitanie sera examinée le mois prochain.

INFORMATION-CONSULTATION SUR UNE MODIFICATION DE STRUCTURE A LA FILIÈRE DE TOULOUSE : TRANSFORMATION D’UN POSTE D’ÉLECTRICIEN-ECLAIRAGISTE EN RESPONSABLE POST-PRODUCTION

En présence d’Arnaud Ségur (RRH de la Filière) et Michael Friederich (Exploitation de la filière production).

Le même changement de structure a été proposé à Bordeaux il y a 2 ans. L’activité existe déjà à Toulouse. L’ancien responsable de la Post prod vidéo est devenu responsable du Bureau d’ordres lors de la transposition, tout en conservant la responsabilité de la Post prod. La prochaine modification de l’organigramme vise donc à clarifier les tâches en créant un poste de responsable Post Prod à part entière.

Parallèlement, les besoins en électricien-éclairagiste sur l’année 2016 ont représenté moins d’1 ETP. A cela s’ajoute une baisse de la demande (Midi en France) à compter de la rentrée 2017, ce qui va créer de la sous-activité pour un chef électricien-éclairagiste permanent aujourd’hui occupé à 50% par Midi en France (les 50% restants en équipe légère). Selon la direction de la filière il y a donc un réel non besoin d’électricien-éclairagiste…

Les élu-e-s prennent acte de ce projet de transformation qui répond à un besoin, mais regrettent que ce soit au détriment d’un poste d’électricien-éclairagiste. A l’unanimité ils-elles se sont abstenu-e-s de voter.

Le secrétaire du CE a rappelé que pour faire face au sous-emploi des électriciens-éclairagistes en TVR, les élu-e-s soutiennent les passerelles dans les deux sens entre les antennes et la filière (et aussi pour d’autres métiers). Arnaud Ségur n’y est pas opposé, mais explique que la filière joue d’abord la carte « familiale » pour éviter le sous-emploi à la filière. Pour Olivier Godard, le réseau France 3 est également dans cette logique, d’ailleurs il y a des endroits où ça fonctionne déjà.

EXÉCUTION DU PLAN DE CHARGE 2017 DE LA FILIÈRE A BORDEAUX ET TOULOUSE

La direction a confirmé le plan de charge des 32 fictions pour 2017, même s’il y a des aléas avec des décalages de dates. Ainsi, le tournage d’avril est décalé (changement de fiction) à début mai.

La direction de la filière a précisé que le plan de charge présenté ne comportait aucune activité liée au feuilleton de Montpellier (dont le tournage commencera en septembre) et qu’une re-prévision de plan de charge pourrait intervenir en cours d’année.

Les Équipes légères accusent encore une fois une baisse du nombre de jours utilisés en droit de tirage. La direction espère une amélioration grâce à un suivi mensuel avec les antennes. De plus, le nombre de jours n’est pas toujours significatif car il y a souvent des demandes multicam (2 voire 3 caméras).

Le mois prochain, un point complet sera fait en CE sur le feuilleton de Montpellier et ses conséquences sur les sites de la filière de production.

BILAN DE L’EMPLOI 2016 DANS LE PÔLE SUD-OUEST

En présence de Bruno Girault (DRH de Nouvelle Aquitaine) et Vanessa Fixot-Lucas (RRH d’Occitanie).

Une commission Emploi-Formation du CE s’est réunie le 8 mars 2017, le compte rendu est à lire ici : CR CEF 8 mars 2017 Bilan emploi PSO 2016

Des réponses ont été apportées en séance par la direction aux questions posées dans le compte rendu.

Les tableaux de recours CDD par motif de contrat ne sont plus fournis pour être en cohérence avec les documents fournis dans les autres régions. Le Pôle Sud-Ouest faisait donc mieux que ses voisins et comme souvent, l’arbitrage s’est fait à la baisse !

La direction continue d’identifier des postes à permanentiser, même si l’accord qu’elle a présenté en 2016 n’a pas recueilli l’assentiment des organisations syndicales. Il y en a eu 0 en 2016 à cause des nombreux contentieux juridiques. Olivier Godard ajoute que la permanentisation n’est pas un sujet tabou. Si un besoin structurel rejoint les objectifs de l’entreprise, une permanentisation est possible.

Au total, 17 réalisateurs représentant 2,7 ETP ont travaillé dans le Pôle Sud-Ouest en 2016.

Un tableau plus précis des heures supplémentaires (par antenne et par fonctions) a été envoyé aux élu-e-s juste avant le CE. Un examen approfondi pourra être réalisé à l’occasion d’une prochaine réunion de la commission emploi-formation. Bruno Girault précise que les cadres de régie au décompte horaire génèrent un certain nombre d’heures supplémentaires. Idem pour les journalistes CDD qui ont des contrats à 35h : toutes les heures travaillées entre 35 et 39h sont des heures supplémentaires. Vanessa Fixot souligne que les chargé-e-s de production étaient encore au décompte horaire en 2016, ce qui a généré beaucoup d’heures supplémentaires.

Quatre demandes de renouvellement de temps partiels ont été refusées (2 en Midi-Pyrénées et 2 en Languedoc-Roussillon) pour raisons de service. La direction avoue devoir faire un choix entre les demandes de contrat de génération et de temps partiel…

En ce qui concerne le contentieux sur la cotisation sur un salaire à taux plein pour le régime vieillesse pour certains motifs de temps partiels, Bruno Girault répond que l’information a bien été faite aux salarié-e-s concerné-e-s. En revanche, il y a eu mésentente sur le chiffrage de cet effort financier (une réponse en pourcentage au lieu d’un chiffre en euros). De plus, l’effet rétroactif est impossible sur la période précédant la signature de l’avenant.

Si jusque-là les promotions sur place étaient refusées, aujourd’hui la direction se dit plus pragmatique, d’autant plus que c’est un bon moyen de promouvoir des femmes. De fait, deux femmes ont été promues dans l’encadrement journaliste en 2016 dans le pôle.

Le COCA du 22 mars n’ayant pas été validé par le DRH de FTV, la direction ne souhaite pas communiquer les décisions prises pour les 4 postes locaux à pourvoir (assistant-e RH à Bordeaux, JRI à Limoges, JRI à Périgueux et technicien-ne vidéo à Bordeaux). En revanche, nous connaissons le nouveau titulaire du poste de rédacteur en chef adjoint à Montpellier acté en Comité mobilité du 22 mars : Philippe Sans.

Un bilan du contrat de génération a été communiqué aux élu-e-s : 17 salarié-e-s ont bénéficié d’un aménagement de leur temps de travail (4 à Bordeaux, 7 à Toulouse, 3 à Montpellier, 0 à Limoges et 3 à Poitiers). Deux salarié-e-s se sont vu-e-s refuser leur demande. Le bilan est donc de 19 demandes dont deux refus, soit un taux d’acceptation de presque 90%. Les élu-e-s CGT espèrent que la nouvelle mouture de l’accord signé cette année puisse encore améliorer ce taux.

Le projet d’accord sur les compétences complémentaires (en cours de finalisation avant mise à la signature des organisations syndicales) propose une unité IMG (Immeubles et Moyens Généraux). Si l’activité de logistique de Poitiers est redistribuée à des assistantes, celles-ci bénéficieront de cette compétence complémentaire. Mais a priori la direction se dirigerait désormais vers une autre solution pour faire absorber les activités du poste de logistique. Celle-ci nous sera présentée le moment venu.

BILAN FINANCIER 2016 DU PÔLE SUD-OUEST ET BUDGETS 2017 DES RÉGIONS NOUVELLE AQUITAINE ET OCCITANIE

En présence de Jean-François Masselin (Directeur finances référent, responsable financier de Nouvelle Aquitaine) et Pierre-Eric Beaupin (Responsable financier régional d’Occitanie).

Une commission Économie et Structures du CE s’est réunie le 10 mars 2017, le compte rendu est à lire ici : COMPTE RENDU Comeco budget 2016-prévi 2017

BILAN 2016

Le bilan financier du Pôle Sud-Ouest est en économie de 216.000€ (0,25% du budget). Les recettes publicitaires sont meilleures que prévu, même si cela ne rentre pas dans notre budget (perception par la filiale pub).

La masse salariale est en augmentation, même si le nombre d’ETP est en baisse. Les raisons sont diverses mais principalement dues aux contentieux et au glissement naturelle de la masse salariale (ancienneté et G&T).

Petit focus en arrière : en 2011 le Pôle Sud-Ouest hors prod, finances et RH comptait 843 ETP. 85 ETP ont été supprimés depuis, soit 11% des emplois !

En 2016, la direction a dépassé ses objectifs de réduction d’ETP de 5,5 ETP ! Néanmoins, le budget 2017, qui demande de nouveaux efforts d’ETP, se base sur le budget 2016. L’effort est donc déjà partiellement réalisé pour 2017.

Selon la direction, cette économie est due à moins de PAE sur la fin de l’année et à la refacturation des ETP de Rencontres à XV depuis début 2016.

BUDGET 2017

La direction a préparé un budget pôle pour 2017, puis ce dernier a été coupé en deux entre Occitanie et Nouvelle Aquitaine. Les outils n’ont pas encore basculé par régions, ce sera fait courant 2017. Les clés de répartition ont été adaptées à chaque poste comptable pour être au plus juste de la réalité. On est globalement sur la transposition du budget 2016 en 2017, mais des ajustements pourraient avoir lieu en cours d’année pour le lancement de la grille de rentrée 2017.

A périmètre constant, le budget 2016 était à 762,5 ETP, il sera de 755,3 ETP pour 2017, soit un effort de 7,2 ETP. Mais comme l’effort a été dépassé de 5,5 ETP en 2016, l’effort à produire ne sera que d’environ 2 ETP sur l’année.

CCE DES 23 ET 24 MARS 2017

La direction de FTV a présenté son projet de feuilleton à Montpellier qui pourrait entraîner par effet cascade une réorganisation des sites de la filière production dans les régions.

Entre autres points à l’ordre du jour :

  • le bilan de l’emploi à FTV en 2016 ;
  • la refonte du support de l’entretien annuel ;
  • l’accord négocié sur les frais de mobilité des personnels non permanents ;
  • un bilan de la Chaîne info ;
  • la dématérialisation des factures fournisseurs qui entraînera la suppression de 10 ETP de comptables ;
  • un point d’étape sur le projet « Concur » visant à faire saisir leurs frais par les salariés en mission eux-mêmes ce qui entraînera une réorganisation des activités des chargé-e-s de gestion administrative ;
  • le nouveau Règlement intérieur (avec sa Charte Informatique) qui s’appliquera aux salarié-e-s de toutes les emprises de FTV dans les toutes prochaines semaines, et la future Charte éthique qui s’imposera elle aussi à tous les salarié-e-s.

Compte rendu complet des élu-e-s CGT du CCE à lire ici.

ATELIERS DES LOCALES

Les ateliers sont en cours en Nouvelle Aquitaine, ils sont terminés en Occitanie.

La question principale qui été abordée est le maintien des éditions. Il est inacceptable d’entendre de la bouche de certains encadrants les qualificatifs de« has been » ou de « TV des années 90 » envers certains salariés des locales qui défendent leur modèle. Chaque position est respectable. Les équipes des locales d’Occitanie et Pays Catalan demandent le maintien d’une édition locale d’actualité avec un décrochage spécifique à une heure de grande écoute, comme le précise la loi du 30 septembre 1986 sur l’audiovisuel public.

Yannick Letranchant a rappelé que l’offre des locales peut avoir différentes formes et qu’il ne répondra pas à la place du directeur régional d’Occitanie, absent ce jour. Il faut mettre tous les arguments sur la table, de part et d’autre, et avoir un arbitrage qui peut être différent d’une région à une autre.

Les élu-e-s CGT sont d’accord sur un point : le traitement de l’information de proximité est une priorité.

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES

Suite au tract intersyndical sur le dispositif des soirées électorales en Nouvelle Aquitaine, la Directrice a réagi. Laurence Mayerfeld a reçu lundi soir (27 mars) une délégation de l’intersyndicale. Elle affirme avoir entendu la demande et a évoqué la 3ème tranche horaire pour un décrochage dans les antennes. Son ambition est « d’offrir un niveau équivalent d’information aux autres chaînes nationales, et avec les moyens de diffusion que nous avons, nous sommes la seule chaîne à couvrir aussi près l’info de proximité ».

Mais avant d’annoncer sa décision, Laurence Mayerfeld veut aller rapidement à Limoges le mercredi 29 mars et à Poitiers le vendredi 7 avril pour expliquer le dispositif prévu et entendre ce que les salarié-e-s ont à dire.

Elle a tenu à rappeler qu’il y aura deux soirées de débats qui dureront 1 heure sur chacune des antennes, et le lendemain des 2 tours il y aura aussi 1 heure de prise d’antenne dans chacune des antennes.

Prochain CE le 28 avril à Bordeaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *