DP Midi-Pyrénées 3 octobre 2018

Présentes pour la direction : Vanessa Fixot-Lucas, Marion Mercier, Anne Claeys et Laure Cornéjo

La toute dernière réunion DP de Midi-Pyrénées s’est ouverte hier matin par le comité local des salaires. Les élus DP ont examiné avec la direction la situation des salariés qui ont transmis l’autorisation de communication de leurs données salariales. Les élus ont formulé des observations et des préconisations pour chacun.

Cette année les règles salariales changent. Lettre CGT à relire ici.

Côté PTA, ceux qui attendaient leur automatisme à 4 ans (sauf avis contraire du chef de service) seront servis au titre de mesures transitoires.

Côté journalistes, le rattrapage des plus oubliés risque d’entraîner un émiettement des mesures, parce que vous êtes nombreux dans ce cas et l’enveloppe n’est pas bien grosse.

La mise en paye des mesures individuelles pour les heureux bénéficiaires se fera avant la fin de l’année. Ils recevront un courrier de leur chef de service avant.

L’après-midi, la réunion a été consacrée aux questions mensuelles :

RAPPROCHEMENT DE FRANCE 3 AVEC FRANCE BLEU

Depuis l’annonce que l’expérimentation se déroulera à Toulouse et Nice :

  • Mi-septembre : Carlos Bélinchon, Laure Cornéjo et Anne Claeys ont visité France Bleu à Toulouse ;
  • Le 2 octobre : les mêmes, accompagnés de Léo Lemberton, Philippe Castel et Perrine Albrieux (coordinateurs nationaux côté France 3), se sont levés tôt pour assister à la matinale 7h-9h dans les locaux de France Bleu ;
  • Prochaine réunion le 19 octobre ;
  • 8 novembre (date prévisionnelle à confirmer) : un n° zéro sera réalisé avec le VPTL 5 caméras. Il s’agira de filmer la matinale de France Bleu pour voir ce qui passe bien ou pas à l’antenne, avant d’investir dans les caméras automatiques qui équiperont le studio (on ne sait pas encore si c’est France 3 ou France Bleu qui signera le chèque) ;
  • L’objectif imposé par la direction centrale est une mise à l’antenne en décembre 2018.

Le rôle des coordinateurs est de rédiger une feuille de route et d’harmoniser les process car les options qui seront prises devront être duplicables dans les autres antennes du réseau France 3 si l’expérimentation aboutit. C’est d’autant plus délicat que toutes les matinales « Bleu » ne sont pas identiques ; par exemple France Bleu Toulouse décroche sur un JT national alors que France Bleu Nice fait de l’hyper local. C’est pourquoi les Bleu sont en train d’harmoniser leur grille et de simplifier leur matinale pour éviter le recouvrement (ex : France 3 ne peut pas diffuser une pub passant sur les ondes de France Bleu). A France Bleu Occitanie une nouvelle offre sera mise en ondes dès La Toussaint.

La mission de France 3 est très claire : on filme une émission de radio pour la diffuser à la télévision. France Bleu est l’unique responsable des choix éditoriaux, ce n’est pas une nouvelle émission commune. Nous aurons simplement de l’illustration à apporter. Il n’y aura pas de renfort infographie à France 3, le travail sera centralisé à Paris le temps de l’expérimentation. Selon Laure Cornéjo, l’implication de la vidéothèque devrait être assez restreinte, même si le volume de travail est inconnu à ce jour. En rythme de croisière il est prévu qu’1 cadre de régie et 1 technicien vidéo soient mobilisés sur la matinale, avec une prise de service envisagée à 6h. Les salariés concernés relèveront du régime matinalier (accord collectif p.75-76) qui se traduit par une compensation financière et une aide à la garde d’enfants sur justificatif. Si l’expérimentation se pérennise, il faudra peut-être un avenant pour s’aligner sur les conditions plus favorables appliquées au Siège.

Le groupe de travail pense qu’il faudrait créer un poste d’éditeur visuel qui aurait un rôle d’opérateur magnéto/réalisateur (bref, il fera les commut’). Il serait logé à France Bleu mais on ne sait pas qui le financerait. Ce type de poste n’existe ni à France Bleu ni à France 3, mais un peu à franceinfo côté radio.

Il n’y aura pas de groupe de travail France 3 en Midi-Pyrénées.

DE L’IMAGE

Un tournage de sujet magazine VAP en Lozère a été assuré en faisant appel à un OPV de Montpellier, alors qu’un JRI de Toulouse s’était porté volontaire suite à un appel à candidatures. Pourquoi ?

Laure Cornéjo explique que le VAP a été revu éditorialement avec une nouvelle exposition depuis le 13 septembre. La partie occitane est une émission de programmes et ne dépend pas de la rédaction, il est donc logique de faire appel à des OPV. Elle reconnaît qu’un usage faisait intervenir les JRI et ça continuera à l’avenir, en fonction des disponibilités. De plus, la Lozère c’est plus près de Montpellier que de Toulouse…

CONGÉS DE FIN D’ANNÉE

A nouveau cette année, du fait de la décision de non report de congés pour la première semaine de janvier, beaucoup de personnes ont demandé la semaine 52. Des refus ont été faits pour certains. Pourquoi ne pas mettre en place une transparence et une visibilité sur le réalisé des 7-8 dernières années ? Cela pourrait éviter des incompréhensions au sein des services.

Réponse de la direction : les règles sont les mêmes que l’an dernier : sollicitation des salariés qui ont peu ou pas travaillé sur les congés ces dernières années. Pas question que l’organisation d’activités communique ses documents de travail. Ce sont pourtant les plannings réalisés ! Et surtout : le rédacteur en chef s’est appuyé sur des documents partiellement erronés pour trancher, c’est ça qui est grave !

Vanessa Fixot annonce qu’il y aura des CDD durant la période. Enfin… « peu » !

PLAN D’ACTION DE LA DIRECTION SUITE A L’ALERTE DES DP DE SEPTEMBRE 2017

Avancées depuis le 5 juillet 2018 :

  • 1/ Qualité et contrôle de l’exploitation

Mise en place en régie d’un outil de supervision de l’exploitation : Affichage vidéo, regroupant les informations liées à l’activité du jour en regard des ressources humaines et du matériel planifié (mention des horaires, liaisons satellitaires, échanges i Transfer, enregistrements des matchs, émissions, etc.).

Création d’une fiche « compte-rendu d’exploitation » quotidienne renseignée par le cadre de régie en lien avec le cadre éditorial. Ce document mentionnera les problèmes rencontrés durant la journée (organisation, pannes, problèmes de diffusion, etc.)

Une synthèse bimestrielle de ces données sera analysée lors d’une réunion de service de l’encadrement.

A l’issue de cette réunion, les actions à mettre en œuvre pour améliorer les processus de fabrication seront présentées aux personnels concernés.

Organisation d’un débriefing quotidien des éditions d’information et des émissions spéciales en salle JTR avec le cadre de régie, le cadre éditorial, les techniciens et les journalistes concernés.

L’outil de supervision et le compte rendu d’exploitation testés ne sont toujours pas satisfaisants, la direction technique planche encore.

  • 2/ Diffusion web, quelle marche à suivre ?

Mise en place, pour le service web et le centre technique, d’une procédure commune liée à la diffusion des événements, des émissions sur notre site internet et sur les plateformes numériques. (VOD, streaming, direct Facebook…)

OK

  • 3/ Communication auprès des équipes

En complément des réunions de services existantes, des rencontres régulières seront organisées dans chaque service ou secteur (techniciens et journalistes) afin d’évoquer les conditions d’exploitation, la répartition des tâches, la planification, les nouveaux projets, les relations entre les métiers…

Des réunions métiers ont eu lieu et une réunion planification est organisée tous les 3 mois.

  • 4/ Mieux vivre ensemble

A l’issue de la présentation en CHSCT, la charte « mieux vivre ensemble » sera communiquée à l’ensemble des collaborateurs et affichée dans nos implantations. Ca suit son cours…

OK

  • 5/ Optimisation des ressources en cas d’urgence

Certains salariés sont susceptibles d’être volontaires pour effectuer des remplacements dans nos sites excentrés (chefs monteurs, assistant(e)s, journalistes). Les chefs de service procèderont régulièrement à l’identification de ces candidats afin qu’ils soient formés si nécessaire.

OK

Pour rappel, le plan d’action a été adopté par la direction le 26 septembre 2017… Ça avance on y croit !

LOGOS

2/3 des voitures seront très prochainement siglées. Les autocollants pour les caméras sont en cours de commande.

SEUILS PERSONNEL NON PERMANENT

Les règles en vigueur depuis le 1er janvier 2018 font une différence entre les non permanents « réguliers » et les autres. L’immense majorité des CDD qui travaillent en Midi-Pyrénées sont considérés comme « réguliers » (dits aussi « historiques »).

Critère pour être « régulier » : avoir travaillé au cours du second semestre 2017 et avant, à hauteur de 60% d’un temps plein au cours de chacune des années 2015 à 2017 OU plus de 50% en moyenne entre 2013 et 2017.

Les seuils sont étudiés chaque année (civile), du coup on n’obtient pas le « label régulier » une fois pour toutes…

 

Vos élus CGT, Virginie Beaulieu-Gasnier, Magalie Debenest, Daniel Duralek, Laurent Faure, Chantal Fremy et Marie Martin, tirent leur révérence après 3 ans de mandat et vous remercient pour votre confiance.

N’oubliez pas de voter avant jeudi 4 octobre 18h pour vos prochains élus !

Mots-Clés : # # #
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *