Compte rendu CGT des DP Aquitaine du 1er février 2018

 

Concernant Naq TV

 

1°) La direction a–t-elle l’intention de communiquer plus en détail le projet de NaqTV, ses contraintes, ses ambitions. Vouloir y associer le salarié « expert » est une excellente idée mais il doit d’abord connaître le projet et ses limites qu’il est parfaitement capable d’intégrer, avant d’être force de proposition.

Réponse de la direction  : Elle s’est rendue compte que le niveau de connaissances du projet était très inégal selon les salariés. Qu’il y avait besoin de remettre un socle commun de connaissance sur ce sujet. Un mail de présentation va être envoyé. Le projet évolue et va continuer à évoluer. Il offre une liberté de grille appréciable alors qu’actuellement notre grille est très contrainte.

La direction encourage à travailler sur les idées. Mais si cette idée implique de lourds moyens, sa réalisation sera compliquée. Tout ne sera pas possible en terme de coûts.

Commentaire des élus de la CGT  :

Naqtv veut proposer une offre nouvelle avec une écriture différente. Elle a aussi pour ambition de fabriquer autrement. Il peut être difficile pour les salariés de se projeter dans l’inconnu. Une présentation même partielle du projet est un point de départ indispensable.Les élus ont fait part à la direction d’inquiétudes des salariés concernant la charge de travail, l’évolution des métiers, la réexposition des produits Naq sur F3. L’accord d’expérimentation cadrera les nouvelles pratiques. La commission de suivi ajustera au besoin et sera attentive à la charge de travail.

 

question subsidiaire : Qui est responsable juridiquement des modules ?

Réponse de la Direction  : La loi dit que c’est l’auteur du sujet qui est responsable. Et le directeur. Mais il y a subdélégation de la PDgaire de FTV jusqu’au rédacteur en chef.

Commentaire des élus de la CGT  : La carte de presse implique des devoirs, des responsabilités juridiques. La captation d’images pose inévitablement des questions de droit à l’image.

 

La direction a précisé le calendrier  de NaqTV  : La première vague d’ateliers s’achèvera après les vacances de février. Ensuite les négociations de l’accord d’expérimentation pourront commencer. Une 1er réunion avec les organisations syndicales est fixée le 8 février. Idéalement, la direction espère signer l’accord avant du CE de mars.

 

 

2°) comment la direction souhaite-t-elle inclure les BEX dans le projet NaqtTV ? En effet, dans le mail précisant les dates des ateliers à venir, les Bex sont simplement inexistantes.  S’agit-il d’un oubli ? Les Bex seront-elles, pour Naqtv, considérées de la même façon que pour la présentation des vœux de début d’année ?  En effet, dans le mail précisant les dates de vœux dans les différents sites de France 3 Aquitaine, les Bex étaient inexistantes.

Réponse de la direction  : Il n’est matériellement pas possible d’aller sur tous les sites. Et tous les salariés ne peuvent pas y participer. En terme de communication, il faut trouver un palliatif. Une boite mail sera ouverte pour recueillir les propositions et les questions de chacun.

Commentaire des élus de la CGT  : en oubliant de mentionner les BEX, la direction a fait preuve de maladresse. C’est d’autant plus regrettable qu’en janvier déjà, les élus l’avaient alertée sur le sujet.

 

 

Concernant le web

1°) Le réseau wi-fi avait été coupé « pour des raisons de sécurité » Comment l’équipe web peut-elle télécharger les applications indispensables ou mettre à jour les mobiles ? A domicile ?

 

Réponse de la Direction  : le siège a demandé de couper le wifi pour des raisons préventives. Notre wifi n’était pas suffisamment sécurisé. Le nouveau dispositif est en cours de déploiement. Une borne a été livrée la semaine dernière. La direction observe comment les utilisateurs se l’approprient.

Plusieurs cas de connexion sont envisagés :

Depuis un ordinateur

  • Pour un PC fourni par FTV, l’appareil  va détecter la borne et se connecter sans manipulation. La procédure sera identique  dans tous les sites équipés de ce système sécurisé.
  • Pour un ordinateur personnel ou appartenant à une personne non salariée de l’entreprise :

Il y aura une borne « invité »  et comme dans certains hôtels, quand l’utilisateur voudra se connecter à internet, il sera redirigé vers une page d’accueil. Il pourra être « parrainé »  pour un jour, une semaine, un mois maximum.

Depuis un téléphone :

  • Pour un Iphone, Ipad ou smartphone fourni par l ‘entreprise : les informaticiens rentreront un mot de passe dans tous les appareils au moment du déploiement du système sécurisé.
  •  Pour les téléphones personnels : même principe que les ordinateurs extérieurs

Pour le service web : il ne peut mettre à jour les applications mobiles que jusqu’à 100 mega.

Le nouveau système sera déployé dans quelques semaines mais le chef de centre ne peut pas préciser quand.

 

Commentaire des élus de la CGT  : bienvenue dans le monde ultra sécurisé de l’ultra connecté et bon courage au service web !

 

2°) Est-il normal pour des salariés d’apprendre par le compte-rendu CE de la CGT que de nouvelles tâches pourraient être confiées à l’équipe web sans en avoir d’abord parler avec elle ? (dans le cadre de Naq TV et de la modération envisagée)

Réponse de la Direction  : elle tient à préciser que le Compte Rendu évoqué n’est pas celui de la direction. Le sujet a bien été évoqué en réponse à des questions légitimes aux élus. Mais la Direction n’a encore rien décidé !

 

Commentaire des élus de la CGT  : ces déclarations peuvent donner le sentiment aux salariés que la Direction « imagine  » des solutions sans en avoir d’abord parler avec eux, sans avoir pris de le temps d’évaluer, avec eux, leur charge de travail réelle.

La Direction estime que la coordination sera essentielle, que si la charge de travail dans la journée était trop lourde, il faudrait faire des choix et renoncer à tourner certains sujets. Mais comment être sûr que cette priorisation ne se fera pas au détriment de la chaîne .3. La lecture, par une élue, du planning de la veille des 3 équipes de Bayonne était éloquente. Et démontrait l’impossibilité matérielle de tourner quoique ce soit de plus. Or renoncer à un reportage pourrait manquer à leur locale.

Les numéros zéro devraient permettre de mettre à plat l’organisation, du moins les élus l’espèrent.

 

3°) Il est demandé au service web de produire au moins deux modules titrés par jour. Lorsque la dotation financière a été faite, Bordeaux s’est vu attribué un ancien mac, recyclé. Il présente régulièrement des signes de faiblesse (arrêt brutal), une mémoire de stockage limitée et des performances très lentes (de l’avis de TOUS les salariés « experts » qui l’utilisent y compris les CDD)

De plus, il peut être utilisé pour une opération extérieure ou pour former les contributeurs web à la fabrication des modules titrés.

Comment le service web peut-il concilier les objectifs de la direction avec un seul équipement, dépassé ? Comment peut-il résoudre ces « injonctions contradictoires » selon le vocable  QVT ?

L’achat d’un deuxième appareil récent (pour un budget raisonnable) semble une priorité. Peut-on connaître la position de la Direction sur ce sujet ?

 

Réponse de la Direction  : Afin de mettre le mac aux performances demandées et même supérieures, il faudrait que le service accepte de restituer le mac. Or, malgré les demandes du chef de centre,  ce n’est pas le cas pour l’instant. A charge pour la pilote web d’adapter son activité. Il aurait besoin d’une journée

Les élus lui ont fait la proposition d’emprunter le Mac de la déléguée numérique (achetée avec la dotation normalement attribuée au service web) : le chef de centre estime que ce n’est pas  à lui d’en faire la demande.

Les élus lui ont suggéré de mettre à jour le Mac le week-end, seul moment où le service ne doit pas produire de modules titrés. Il ne peut pas, le service informatique ne travaille pas le week-end.

 

Commentaire des élus  : il semble nécessaire de rappeler au chef de centre qu’il DOIT fournir du matériel adapté et en état de marche (au service web ou aux JRI). C’est l’une de ses missions.

  1. Qu’il n’appartient  pas aux salariés d’organiser la continuité du service pendant d’éventuelles réparations mais bien à lui.
  2. Qu’il n’appartient pas aux salariés de trouver la solution à des injonctions contradictoires : à savoir produire deux modules titrés par jour et LUI trouver une solution pour qu’il mette le Mac à jour.
  3. Que la politique de FTV est bien « WEB FIRST » selon les déclarations de la direction elle-même, lors des DP de janvier.

La relecture des dernières questions et réponses DP sur le sujet est éloquente et montre le discours « changeant » du chef de centre sur le sujet. Au départ, le mac n’avait pas besoin d’être mis à jour. Le chef de centre a ensuite demandé à un salarié de s’en occuper. Il attend maintenant de la pilote web qu’elle lui apporte le Mac pour le remettre à niveau

Faudra-t-il saisir le CHSCT et évoquer le problème avec son président (chef de centre !) ? Ou les demandes légitimes des salariés obtiendront-elles (enfin)  des réponses adaptées ?

 

4°) Le web essuie régulièrement les critiques sur la mauvaise qualité du son lors des reportages Mojo et plus encore lors des Lives FB

On peut comprendre la colère des professionnels du son et la frustration des salariés d’offrir un produit dégradé au niveau du son.

Est-il envisageable de travailler avec des OPS, de monter un atelier constructif pour comprendre d’où vient le problème et tenter de le résoudre ?

Si oui,  la direction peut-elle mettre cet atelier en place rapidement ? La question est d’autant plus légitime que le projet de Naq TV prévoit des « directs numériques »

 

Réponse de la Direction Elle va organiser un atelier sur le sujet. S’il faut adapter ou renforcer la formation / Mojo, elle le fera. Il faut identifier l’origine du problème avec des experts sons et proposer de nouvelles formations si besoin.

 

Commentaire des élus de la CGT : depuis le début des Facebook lives (qui se font avec un iphone), les utilisateurs rencontrent ces difficultés. Ils travaillent dans des conditions inconfortables : ils ne sont que deux sans aide de la régie avec laquelle ils ne sont pas reliés. Ils sont informés de problème par les commentaires en direct des internautes mais n’ont aucun moyen d’intervenir pour rectifier le problème.

Des nombreux facebooks lives réalisés, Il n’existe aucun relevé d’incident, aucun retour sur expérience, rien qui ne puisse appuyer un début d’analyse. La bonne nouvelle, c’est qu’enfin, la direction ne fait plus la sourde oreille !

 

 

Concernant l’emploi et la formation :

1°) Il semblerait qu’il ait été proposé à des assistantes de devenir scriptes en 3 semaines dans une autre antenne du réseau. La direction de France 3 Aquitaine confirme-telle l’information ?

2°) Elle est-elle envisagée en Aquitaine ?

3°) si oui quelle est la formation DIPLOMANTE retenue ?

 

Réponse de la direction  : Elle n’a pas connaissance d’une telle reconversion (mais elle concerne une autre antenne). Sur le principe, elle n’est pas opposée  à la reconversion d’une assistante en scripte. Il faudrait qu’elle formule le souhait et que l’entreprise, dans le cadre de la GPEC (gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences) y voie un intérêt.

La durée de la formation dépend de chaque situation, du parcours, des diplômes du salarié. Dans le book emploi de FTV, le métier de  scripte correspond à bac + 2 ou 3  dans audiovisuel et ces exigences sont valables  pour travailler à la TVR ou la production.

L’offre de formation est assez diversifiée mais ne correspond pas forcément aux besoins de FTV. Le plus souvent, elles sont conçues pour le cinéma. L’INA propose une formation spécifique à la télévision.

 

Commentaire des élus de la CGT  :

Plusieurs scriptes CDD collaborent régulièrement pour nous. Si la question d’une reconversion venait à se poser, il ne faudrait pas les oublier dans la GPEC.

 

Concernant le planning

Pourquoi utiliser ce mot qui, normalement est utilisé pour un objet ? Pourrait-on envisager un mot plus « humain » ?

Réponse de la direction  : FTV n’a pas inventé ce terme. Il existe ailleurs : on parle de Prêt de main d’œuvre, de prêt de personnel

Commentaire des élus de la CGT  : le football fait aussi des prêts de joueurs mais pas pour les mêmes montants.  Le choix des mots a un sens. Les salariés étaient autrefois du « personnel ». Aujourd’hui, ils sont considérés comme des « ressources HUMAINES ». Méfions-nous des glissements sémantiques. La télé reste avant tout une histoire de femmes et d’hommes. Pas encore de robots.

 

 

La prochaine réunion DP aura lieu le 1er mars.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *