CR CGT des DP Aquitaine du 1 mars 2018

 

  1. Le nouvel habillage

–  Pourquoi le nouvel habillage n’a été fourni aux rédactions locales que le jour même du changement ? la direction estime-t-elle qu’une source de stress supplémentaire est sans conséquence dans ses rédactions ? d’autant que les jours précédents ce changement, l’arrivée du nouvel outil i media et les ateliers Naqtv étaient programmés à la locale de bayonne.

Pourquoi n’y-a-t-il pas eu de délai pour tester ce nouvel habillage ?

Pourquoi l’habillage fourni le jour même du changement a-t-il été modifié à 17H30 ? (les bonnes procédures n’avaient pas été transmises) Pourquoi ne plus identifier géographiquement les éditions locales  dans le nouvel habillage ?

Dans le nouvel habillage le sous-titrage des sujets en basque est illisible. Il est décalé et écrit en tout petit, tout le monde convient qu’il est illisible pour les téléspectateurs. cela pose un gros problème pour les sujets d’actualité et plus encore pour les magazines de 7 minutes. Techniquement il est très facile de recentrer et agrandir les caractères .  Pourquoi la direction ne le modifie-t-elle pas ? France 5 et France 2  centrent le sous-titrage même dans le cadre du nouvel habillage, pourquoi cette exception France 3 ? La rédaction de la locale de Bayonne a fait parvenir un courrier à tous les membres de la direction en charge de cette question ( ci-joint) aucun n’a répondu au personnel. Pourquoi ?

 

Réponse de la direction  : L’habillage a été fourni le jour même puisque l’ancien habillage devait être utilisé jusqu’au vendredi précédent                .

Les tests ont été faits ici à bordeaux sur un outil de laboratoire pour voir si cela fonctionnait . pour les personnels qui l’utilisent, nous avions fait des audioconférences, une pour Pau et périgueux et une pour Bayonne, notamment pour les assistantes des locales car ce sont les premières concernées par ces changements.

Il y a eu en effet un petit changement le jour même en fin de journée. Le monteur a du recharger le modèle mais cela n’avait rien à voir avec  le nouvel habillage.

La charte prévoit une identification différente, c’est un changement dans le look et l’habillage, c’est un choix artistique et éditorial

Concernant le sous-titrage, c’est un problème que l’on a remonté à Paris à la direction artistique et à la direction de l’information régionale, Laurence Mayerfeld est également intervenue. Ils ont réfléchi  au problème et une note a été reçue cette semaine, une réponse a été faite aux salariés. L’habillage sera modifié courant mars pour les magazines de 7 minutes mais pas pour les reportages courts d’actualité. En ce qui concerne France 5 et France 2 nous ne savons pas.

 

 

  1. Imédia

–   Depuis l’installation de I Media à la locale de Bayonne, les bancs de montage (salle de magazine comprise) rencontrent tous les jours des problèmes techniques. Les souris, par exemple ont des bugs à répétition ; il faut débrancher et rebrancher les connexions pour pouvoir monter un reportage (avec une mise en danger du salarié qui doit s’en occuper). Les écrans d’ordinateurs, désormais seuls retours images possibles, en petite fenêtre, sont éprouvants pour les yeux.. Les équipes, rédacteurs et monteurs, perdent énormément de temps à régler des soucis techniques alors que ce matériel était censé être plus rapide et efficace. Ce dispositif génère un stress supplémentaire. La direction est-elle disposée à entendre les remarques de ceux qui travaillent sur ces nouveaux matériels et à apporter des modifications améliorant la qualité de vie au travail ?

 

Réponse de la direction :

Sur ce point Bruno Larramendy précise qu’il a pris le soin de faire venir un monteur de chaque locale à Paris pour qu’ils puissent critiquer ce système en utilisant les outils. L’équipe d’imedia est venue aussi à Bayonne car cela paraissait pertinent puisqu’il y a 3 salles de montage.

Quant à la notion d’écoute , nous avons joué le jeu puisqu’un certain nombre de remarques ont été intégrées comme conserver la sortie vidéo dans la salle magazine à bayonne. Il y a eu quelques bugs au déploiement qui sont en cours de résolution. Il y a une machine capricieuse à Bayonne qui va être rapidement changée. La demande a été faite à Paris.

 

 

–      Maintenant qu’Imedia a été déployé dans toutes les locales et que chacun peut dérusher les tournages sur son poste, des casques audio vont-ils être fournis au personnel afin que chaque ordinateur en soit équipé ? Dans un openspace cela parait judicieux.

 

Réponse de la direction : Oui dans les prochains jours

 

 

3  Web

–    un sujet de la locale de Bayonne (portrait robin richard) a été diffusé sur le web une semaine avant sa diffusion sur la chaine alors qu’il ne s’agissait absolument pas d’un sujet d’actualité, mais d’un portrait non daté.  Jusqu’ici la consigne de la direction était « webfirst » uniquement en cas de sujet d’actualité, la consigne a-t-elle changée ? quand ? cela veut –il dire que tous les sujets montés dans les locales et disponibles sur imedia seront à disposition de qui veut quand il veut dans le réseau ? quelle sera donc la valeur ajoutée de la locale si elle ne fait que rediffuser ses propres sujets 3 semaines après les autres ?

 

 

–   Est-il exact que le service web ne peut plus s’occuper de la mise en ligne, avant, et après diffusion, du magazine du Pays basque ? Si oui, qu’est-ce qui motive ce choix, alors que le magazine du Pays basque fournit 14 minutes d’antenne tous les samedis, dans les journaux régionaux, pourquoi ne pas le mettre en avant sur le web ?

 

Dans le cas où le service web ne peut plus remplir cette mission, à qui incombe désormais cette tâche ?  Les salariés en charge du montage de ces magazines ne sont pas opposés à s’en charger mais sont matériellement dans l’impossibilité de le faire. Précédemment ces salariés avaient  2 jours et demi pour le montage, le mixage, le titrage du 7 minutes et l’écriture de l’article relatif au magazine, aujourd’hui ils n’en ont plus que 2. Il leur est impossible de rajouter une tache supplémentaire dans le temps imparti.

 

Le direction peut-elle donc à nouveau détacher les salariés sur une demi-journée supplémentaire afin qu’ils puissent s’occuper de la mise en avant de ces reportages sur le web .  a titre de comparaison, au Bri pour des dossiers de 2 minutes 30 la direction accorde un jour de montage, elle a donc bien conscience du temps que cela nécessite. A charge de travail égale, planning égal, pourquoi ne pas accorder aux locales le temps nécessaire au travail demandé ?

 

Réponse de la direction :

La consigne web first en cas d’actu n’a pas changée mais cela n’empêche pas qu’il y ait parfois des bugs.

Lors de sa venue à Bayonne, l’équipe web a indiqué qu’il lui était difficile de mettre en ligne l’article concernant le magazine du pays basque en raison de sa charge de travail.

Partant du constat que les rédacteurs envoient déjà photos, texte et liens au service web, il paraissait naturel que les rédacteurs s’occupent eux-mêmes de la mise en ligne. Pour autant, le service web essaiera de continuer la mise en ligne de ces articles

 

 

  1. Montage

–      Les locales doivent dorénavant monter les boites noires des bex, dans le cadre de ce dispositif qui est prioritaire ? la locale ou le BRI ?

 

Réponse de la direction : C’est pas une règle mise en place, c’est à la marge de temps en temps on ne se l’interdit pas. Les montages des bex ne sont assurés qu’après vérification auprès des rédacteurs en chefs adjoints que la charge de travail dans les locales  le permet

 

 

 

  1. Diffusion des locales

–          La durée des éditions locales a varié pendant toutes les vacances de février, en fonction des modules « Retour sur info » pré-enregistrés pour combler l’absence de Bordeaux métropole, à ces dates. Mais les équipes n’avaient pas été prévenues de ce changement important. Les éditions locales faisaient toujours en période de vacances 6’20. Là, chaque jour elles ont dû s’adapter à des durées différentes de 6’13 à 6’26 par exemple.  Pourquoi n’y-a-t-il pas eu de communication antérieure à ce sujet ? Les éditons locales sont-elles devenues la variable d’ajustement du journal régional ?

 

Réponse de la direction  : Pendant la période de congés on tente des produits et cela se reproduira au mois d’avril. La difficulté c’est que dans la formule retenue pour remplacer l’édition locale de bordeaux on a  un invité en plateau c’est difficile de faire pile 6 minutes 20 secondes. Parfois c’est 6’13’’ d’autres 6’20’’. C’est donc aux 3 autres locales de s’adapter.

Les locales ont été averties puisqu’il y a eu une communication antérieure au rédacteur en chef adjoint des locales.

                           

                                                                                                                                                                                                                                           

  1. Planning

–     La nouvelle consigne de la direction est de ne pas remplacer les salariés quand ils sont malades ou leurs enfants malades  moins de 2 jours. Depuis quand cette consigne ? La direction peut-elle fournir la note écrite correspondant à ce changement ? que fait la direction de la surcharge de travail engendrée pour les autres salariés ? la direction compte-t-elle sur la culpabilité des salariés afin d’encourager les collaborateurs malades à venir quand même travailler ? la consigne est-elle valable pour tous les corps de métier ? par exemple si dans une locale l’un des 2 monteurs est malade, n’est-il pas remplacé ?

 

Réponse de la direction : Compte tenu des contraintes budgétaires il a été demandé aux managers/rédacteurs en chef des locales d’être vigilants sur le recours aux CDD donc il y a une analyse qui est faite au cas par cas. Par exemple pour les monteurs, si cela s’avère nécessaire, il peut y avoir une exception.

Cette consigne date du début de l’année, Il n’y a pas eu de note écrite car cela fait partie des prérogatives de l’employeur. Concernant la charge de travail, si la surcharge s’avère ingérable on pourra remplacer.  

 

 

  1. Fiction

–   Pouvez-vous nous confirmer le maintien de la fiction 3 et son titre (prévue du 23/05 au 21/06) ? et des autres fictions 2018 pour Bordeaux ?

 En effet, à ce jour les seules fictions dont nous connaissons les noms se comptent au nombre de trois :

 

MONGEVILLE 17 du 08/03 au 05/04

MONGEVILLE 18 du 08/04 au 05/05

 MONGEVILLE 19 du 27/08 au 25/09.

 

Réponse de la direction : Il y a des projets qui sont à l’étude mais rien n’est arrêté donc nous ne communiquerons pas pour l’instant.

La prochaine réunion des DP est prévue le 5 avril.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *