DP Midi-Pyrénées – 07 septembre 2017

Présents pour la direction : Vanessa Fixot-Lucas, Marion Mercier, Thierry Lecarpentier et Nicolas Albrand.

On aurait pu imaginer que pour la rentrée, on allait repartir sur de bonnes bases… Oui mais voilà, entre les possibilités évoquées par des adjoints qui ne sont pas approuvées par leur supérieur, et des déclarations entendues par des élus en CE et invalidées depuis par celui qui en est l’auteur, on peut vraiment s’interroger sur la bonne volonté de beaucoup dans l’encadrement pour que les tensions diminuent et que chacun puisse travailler en bonne intelligence avec de vrais moyens !

QUESTION COMMUNE DES ELUS DP SUR LES SUITES DE LEUR ALERTE

Suite à l’alerte DP du 8 juin 2017 et les réunions qui ont suivi, la direction a transmis une série de propositions de mesures, à laquelle les élus ont répondu par des compléments de propositions. Nous souhaitons profiter de cette instance pour connaître le retour de la direction.

Certaines mesures pouvant être mises en place dès cette rentrée, comment et quand vont-elles être planifiées ? Quelles sont celles déjà en place ? Quelles seront celles prioritaires ? Quelles propositions seront prises en compte ?

Eh bien, eh bien « la direction comme convenu va échanger avec les cadres d’ici la semaine prochaine ». Les propositions de vos élus ont été transmises à la direction début août, mais bon vous savez, c’était les vacances, et puis maintenant c’est la reprise… Bref, la direction a juste l’intention de prévenir les élus des mesures envisagées, avant communication aux salariés d’ici la fin du mois.

C’est tout à fait insuffisant au regard des problèmes existants dans les services. La discussion doit se poursuivre ! C’est ensemble que nous trouverons des solutions, c’est ensemble que nous les appliquerons et c’est ensemble que nous ferons changer les choses ! La direction doit arrêter de faire ses petites affaires dans son coin. Jusque-là, on a vu ce que ça a donné : une situation très dégradée.

INSÉCURITÉ

La semaine dernière, deux équipes de reportage, en deux lieux différents, se sont fait agresser sur le terrain et ont été menacées par des individus armés. Ces deux événements se sont déroulés dans des territoires ruraux, bien loin des « zones sensibles » de l’agglomération toulousaine.

La direction a-t-elle conscience de la défiance grandissante de nos interlocuteurs vis-à-vis des médias ? A-t-elle conscience des risques que les salariés, journalistes et techniciens, encourent désormais en faisant leur métier, même sur des sujets a priori non sensibles ? Le devoir d’informer fait partie de notre mission, mais il est maintenant nécessaire que la direction soit consciente de ces risques et qu’elle s’y adapte. Peut-être pour cela l’encadrement devrait-il accompagner et/observer les équipes sur le terrain dans les « zones sensibles ».

L’accord Qualité de Vie au Travail intègre des dispositions spécifiques au sujet des agressions. Quelles sont-elles ? Seront-elles mises en œuvre dans les deux cas pré-cités ?

Que l’on se rassure, l’encadrement a bien conscience de la défiance et de la violence sur le terrain… En ce qui concerne le fait d’accompagner les équipes sur le terrain, ce n’est pas possible compte-tenu des effectifs et des tâches quotidiennes de l’encadrement, quel dommage ! L’adjoint présent à la place du rédacteur en chef, confirme qu’une réunion avec la rédaction doit être organisée d’ici le mois d’octobre pour définir un mode opératoire pour ces tournages. On peut juste rappeler à l’encadrement qu’une note de service émanant de la direction du pôle en février 2015 établissait des règles qui à ce jour n’ont jamais été appliquées !

Un accompagnement a été proposé à l’une des équipes, mais celle-ci l’a déclinée. Et pour l’accord Qualité de Vie au Travail, on n’a pas encore les données ! En attendant, la CGT décrypte cet accord pour vous (lettre à lire ici).

SUJETS JT

Dans les JT midi et soir du lundi 28 août, la rédaction en chef a laissé diffuser un reportage de la locale de Pau sur des cabanes dans les arbres tourné en août… 2014 !!!

Les élus DP CGT s’interrogent : le manque d’effectifs est à ce point criant ? Pourquoi chercher des reportages de toute la France pour alimenter nos éditions ?

Réponse de l’encadrement : « il s’agit d’une erreur, le rédacteur en chef adjoint pensait que le reportage était récent ». Ah bon, une erreur ? Mais quand plusieurs personnes avertissent ce dernier par rapport à la date de création de ce sujet, et que la décision est quand même prise de le diffuser, alors on peut vraiment dire que cette décision a été prise en pleine connaissance !

Quant aux sujets repris d’autres régions, eh bien comment dire, « les télespectateurs s’intéressent aussi à ce qui se passe en dehors de Midi-Pyrénées et il ne faut pas s’interdire de reprendre des sujets », ah oui mais dans ce cas ils regardent le national !

COMMUNICATION

Dans la nuit du 19 au 20 août, une voiture a défoncé le portail d’entrée et les deux barrières. Les salariés ont découvert la situation le dimanche ou lundi matin, mais l’information sur ce qui s’était passé a été donnée sur notre site internet le lundi à 10h18 et seulement à 11h59 par la communication interne. Cela note-t-il un souci de la direction de d’abord communiquer vers l’extérieur que vers les salariés ? Comment expliquer ce délai d’information interne ?

« On peut légitimement se demander pourquoi un article web a été publié, ce n’était pas une information toulousaine » répond la direction. Avec un peu de recul, si cela s’était déroulé ailleurs que chez nous, on le qualifierait de fait divers et ferait l’objet d’un article au minimum. Alors quoi, ça nous concerne donc il ne faut pas en parler à l’extérieur ?

Quant au temps de latence pour la communication interne, la direction attendait d’avoir des précisions et validation avant d’en informer le personnel.

INTRUSION

La justice n’a pas encore donné de nouvelles concernant la plainte déposée par France 3 après l’intrusion sur le site (l’identité des intrus est connue).

On apprend à cette occasion que nos caméras ne peuvent pas enregistrer. Cet automne, le parc de caméra de surveillance devrait être renouvelé. Pour le portail, il sera « durci ».

GPS ET CÂBLES IPHONE

Le mois dernier, la direction a accepté de mettre à la disposition des équipes de tournage des câbles iPhone afin de pallier l’absence de mise à jour des GPS dans les voitures. Cela a-t-il été fait ? Et si non, quand cela sera-t-il effectif ?

Eh là, patatra ! La direction s’en tient à la lecture de la réponse qu’elle avait préparé avant l’échange en réunion DP et le chef de centre (qui n’a visiblement pas dû s’entretenir à ce sujet avec son adjoint le représentant au mois d’août) de nous répondre que les GPS ont fait l’objet d’une mise à jour au cours de l’été… Et que « on ne va pas rajouter un élément dans les pochettes des voitures ». Rappelons juste que dans ces pochettes il y a : une clé, la carte Total et les documents du véhicule. On doit pouvoir y glisser aussi un câble USB !

Petite information, on trouve ces câbles à 2,29 euros sur internet. On comprend mal pourquoi on en arrive à devoir revenir sur ce sujet qui pourrait être facilement réglé et qui n’est abordé que pour pouvoir travailler correctement.

PARAPLUIES

L’an passé, la direction avait réparti dans les véhicules des parapluies. Il en reste très peu. Est-ce que la direction envisage d’en redonner et cette fois-ci directement aux utilisateurs des voitures ?

Pour le chef de centre, la question est « pourquoi les parapluies disparaissent ? », mais on croit rêver ! Notre demande est d’avoir les moyens de travailler dehors par tous les temps, ce qu’est le quotidien des personnels qui vont sur le terrain. Rappelons quand même que les blousons fournis par la boîte ne sont pas spécialement imperméables, d’où l’intérêt d’avoir aussi un parapluie…

Le chef de centre finit par proposer un parapluie par placards, pour les journalistes et les techniciens.

HORODATEURS

Pour faciliter la vie des entreprises dont les salariés sont amenés à utiliser des horodateurs, il existe des solutions clé en main proposant aussi des tarifs négociés. Les automobilistes n’ont besoin que d’un badge. En contrepartie, plus besoin de revenir au véhicule pour prolonger un stationnement ce qui permet de rester concentré sur son travail (par exemple quand la personne à interviewer est en retard), plus besoin de monnaie, plus besoin de se déplacer jusqu’à l’horodateur, plus besoin de payer en trop, plus besoin de conserver les tickets horodateurs et de faire des notes de frais.

A quand une telle possibilité en Midi-Pyrénées ? La direction va se renseigner… Pour le centre-ville de Toulouse, les véhicules équipés de badges Vinci doivent préférer les parkings Vinci parce qu’ainsi le coût est directement imputé à l’entreprise.

RISQUES ROUTIERS

Certaines catégories de personnel sont amenées à conduire très souvent, voire quotidiennement. Cela engendre des risques d’accident, mais aussi des risques de perte de points sur le permis de conduire, souvent pour de petites infractions. La direction envisage-t-elle de prendre en charge ou de participer au financement de stage pour récupérer des points ?

La direction peut effectivement participer à hauteur de 70 euros à un stage de sensibilisation à la sécurité routière, sous plusieurs conditions :

  • Uniquement en cas de perte de 6 points survenue dans le cadre professionnel et dans la limite de 2 points perdus au maximum par infraction
  • Le stage doit se dérouler en dehors du temps de travail
  • Le remboursement se fait sur présentation de la facture acquittée par l’agent.

COMMUNICATION BIS

Reprise de la grille de rentrée le lundi 4 septembre, avec découverte à l’antenne de nos nouveaux produits. Le pot de présentation en interne de cette même grille est annoncé pour le 11 septembre. Encore une fois, pourquoi privilégier la communication vers l’extérieur à celle des salariés ? Ce n’est pas la première année que cela se produit, trouvez-vous cela normal ?

Il n’y a pas de volonté de minimiser la communication envers les salariés. La preuve, la présentation à la presse se fera aussi le 11 septembre au matin. Quand on rappelle à la direction que la grille de rentrée est effective depuis quelques jours déjà, le chef de centre nous précise que « certaines émissions ne reprendront qu’à la fin du mois » ! Comme quoi, ne nous plaignons pas, la direction aurait pu faire une présentation dans plusieurs semaines !

STAGIAIRES D’ÉTÉ, FUTURS CDD ?

Les stagiaires d’été qui ont passé deux mois dans notre rédaction aspirent naturellement à intégrer le vivier des CDD. FTV ne leur a d’ailleurs pas fermé la porte, allant à leur rencontre en fin d’été pour apprécier leur travail et leur expliquer les modalités d’intégration dans le vivier. Si, comme l’an passé, la moitié environ des stagiaires d’été a été immatriculée sur le planning, on peut donc supposer qu’il en sera de même cette année. La direction peut-elle confirmer que l’étau se desserre quant à l’interdiction de faire appel à des CDD pour remplacer des titulaires ?

Eh bien non, l’étau ne se desserre pas !

Les années précédentes en septembre ou octobre un jury se réunissait à Paris pour examiner le travail des stagiaires et décider ou non de les faire immatriculer (pas de jauge définie à l’avance). Il en sera sûrement de même cette année. Donc en attendant ces nouvelles immatriculations, une dérogation doit être demandée pour chaque contrat.

La RRH annonce qu’une réouverture des négociations sur la régulation de l’emploi non permanent à FTV pourrait avoir lieu prochainement. Mais, avant tout « il faut aussi réfléchir à des solutions en interne ». Faire encore plus avec encore moins ?

PAYE

Un poste de Gestionnaire administration du personnel et paie est à pourvoir à Bordeaux. Il est prévu que la personne retenue sur cet emploi assure une partie du portefeuille paye des salariés de la région… Occitanie ! Car les activités des gestionnaires de paye de l’ex Pôle Sud-Ouest se réorganisent : Marion Mercier, qui gère un petit portefeuille paye, va se recentrer sur ses activités d’IRH et la paye de la filière production de Toulouse a été « remontée » à Paris cet été.

Il eut été de bon ton que ce poste soit affecté à Toulouse, mais les voies de la finance sont impénétrables et l’organisation en pôle c’est tellement bien !

COCA et COMITÉ MOBILITÉ

Un seul poste en Midi-Pyrénées sera pourvu lors du COCA du 20 septembre, celui d’assistant(e) au secrétariat de la rédaction.

En ce qui concerne le responsable d’édition Occitan, il n’y a pour l’instant aucune décision prise, les cadres doivent se retrouver pour en discuter. Les élus rappellent à la direction que ce poste n’est pas accessoire, l’équipe en a besoin, ainsi que de plus de CDD pour fabriquer ses émissions !

COMMUNICATIONS DIVERSES

Vous vous êtes peut-être étonné de ne plus être destinataire des programmes TV hebdomadaires, a priori cela doit être rétabli (l’interruption n’était qu’estivale ?).

Petit avis de recherche : depuis des mois, aucun chiffre d’audience n’est disponible pour les salariés. Ils étaient affichés et la direction s’en vantait parce qu’ils étaient bons ! Mais alors, si maintenant ils ne sont plus publiés, est-ce à dire ou comprendre que les chiffres sont moins bons ?

La station de Toulouse n’ouvrira pas, encore cette année, ses portes pour les Journées du patrimoine les 16 et 17 septembre.

Nous nous sommes inquiétés du sort du gardien sur le site de Toulouse qui reste une grande partie de la journée dehors au niveau des barrières et avons renouvelé notre demande (déjà formulée l’an passé) de remettre en place l’usage de l’ancienne guérite des gardiens. Cette solution n’est toujours pas envisageable mais le chef de centre (qui est aussi président du CHSCT, et donc qui doit avoir en préoccupation les conditions de travail…) nous rassure, France 3 lui avait mis à disposition une table, une chaise et oh grand luxe, un parasol ! Le CHSCT aura l’occasion d’en reparler.

POSTE RENDU

Suite au départ de l’entreprise d’un chef OPS début juillet, son poste a été supprimé et la direction ne compte pas le remplacer.

Et hop ! Disparition ! La direction joue les Majax… On pourvoit des postes mais si des personnels affectés sur ces postes sont en longue maladie, la direction espère que les salariés (et les élus) les oublieront. Les salariés en question. Et les postes. Facile alors de faire « disparaître » le poste en question, sous le fallacieux prétexte de l’amnésie collective après plusieurs années de vacance. Mais que nenni. Les travailleurs de France 3, la base quoi, ont de la mémoire.   Et n’oublient ni le poste, ni ceux qui l’occupaient, ni le besoin criant de ne pas le laisser aux oubliettes. Les élus DP CGT (et par là-même le personnel dans son ensemble) ne sont pas dupes des tours de passe-passe de la direction. Cette disparition d’un poste d’OPS dans une station qui a maintes fois prouvé les besoins à ce niveau est inacceptable.

COMPÉTENCES COMPLÉMENTAIRES

L’accord sur les compétences complémentaires pour les PTA du réseau France 3 est en cours d’homologation par la DIRECCTE. Une fois cette formalité accomplie, la direction communiquera auprès des salariés dont certains l’attendent depuis de nombreuses années ! Une présentation sera également faite aux élus DP, car la direction doit recenser les cas déjà existants (et les rémunérer).

En attendant, si cet accord vous intéresse, vous pouvez lire la lettre de la CGT qui y est consacrée.

MESURES SALARIALES INDIVIDUELLES 2017

Les chefs de service ont reçu leur enveloppe, ils doivent maintenant constituer leur liste de salariés « méritants ».

La réunion DP consacrée au sujet, le comité local des salaires, se tiendra le 5 octobre ou le 9 novembre.

N’hésitez pas à solliciter vos élus et n’oubliez pas de renvoyer votre autorisation.

 

La prochaine réunion DP aura lieu 5 octobre.

Vos élus DP CGT : Virginie Beaulieu-Gasnier, Magalie Debenest, Daniel Duralek, Laurent Faure, Chantal Fremy, Marie Martin

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *