L’ÉGALITÉ N’EST PAS A GÉOMÉTRIE VARIABLE

Un poste à la communication gelé parce que soit disant inutile, puis supprimé, puis ressuscité parce que soit disant indispensable, puis transformé d’assistante en chargée de communication, puis mis en consultation : c’était la surprise concoctée par la direction du pôle Sud-Ouest pour l’antenne de France 3 Midi-Pyrénées cet été.

A l’occasion de la consultation des représentants du personnel, la Cgt a soutenu la candidature d’une CDD qui a travaillé sur le poste et donné entière satisfaction. Depuis, la politique de recrutement dans ce service, exclusivement tournée vers l’intérim, ne lui a plus permis de retravailler à France 3 Midi-Pyrénées.

Lors du COCA (Comité d’Orientation des CArrières) du 24 septembre, la direction a fait un autre choix. Ne soyons pas naïfs, l’attribution était jouée d’avance, malgré les véhémentes dénégations du directeur du pôle face aux questions des élus du CE.

En dépit de candidatures (mobilités internes et CDD) ayant tout à fait le profil, il semble que le seul critère qui ait primé soit l’argument du rapprochement familial.

Le rapprochement familial est un droit pour tous les salariés sans discrimination. La Cgt a signé cette année l’accord sur l’égalité professionnelle qui, entre autres, facilite le règlement de ce genre de situation. La Cgt a déjà eu l’obligation de batailler très fortement pour aider des salariés à qui un rapprochement familial était refusé.

Cette avancée sociale actée par l’accord doit s’appliquer à tous les salariés potentiellement concernés et ne doit pas servir que lorsque cela arrange la direction. Se rend-elle compte d’ailleurs dans quelles circonstances elle place l’arrivée de cette nouvelle collègue ? Si elle voulait faire comprendre que le temps des entourloupes et des passe-droits au grand jour était plus que jamais d’actualité, c’est réussi. La confiance et le respect des salariés ne se décrètent pas, ils s’obtiennent en faisant ses preuves !

La Cgt prend donc date de la mise en application de l’accord sur l’égalité professionnelle par la direction, et n’aura de cesse de rappeler ce cas emblématique afin que l’égalité des droits soit respectée entre tous les salariés.

Toulouse, le 30 septembre 2014

Mots-Clés : # #
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *