Compte rendu CGT des DP Aquitaine de juin 2017

1 Des mesures de champs électro magnétiques ont été effectuées à France 3 Aquitaine siège de Bordeaux. Seront elles également réalisées dans les sites excentrés et notamment dans les éditions locales ? Toutes les antennes sont concernées par ces rayonnements potentiellement nocifs. Si cela n’est pas prévu, quelles sont les raisons de ce choix ?

 

Réponse de la direction, les mesures ont été effectuées, à Bordeaux, à l’initiative de la direction et suite à des inquiétudes de salariés.

D’autres mesures dans les locaux techniques de Bordeaux seront également réalisées. Cette demande est liée à un décret  (relatif à la protection des travailleurs contre les risques dus aux champs électromagnétiques en vigueur depuis le 1er janvier 2017 : 

Bruno Larramendy ne connaît pas la position de l’entreprise sur ce décret.  Il se renseigne. Les résultats de ces mesures ont été présentés au CHSCT. La direction les a également envoyés  à tous les  salariés. Elle expliquait qu’à Bordeaux, toutes les fréquences de la FM / TNT / TELEPHONIE (4G) / WIFI / DECT – téléphones portables internes) ont été mesurées. Sur 55 points, 50 n’étaient pas mesurables. Les 5 autres largement en deçà de la norme. Donc, si FTV estime que le décret impose une mesure dans tous les sites, les locales seront  concernées.

 

2 Pourrait-on (enfin) avoir le nombre précis de monteurs semaine affectés à tous les produits diffusés dans le JTR aujourd’hui et quand la locale de Bordeaux métropole était à deux monteurs ?

 

Réponse de la direction : le chef de centre et l’organisateur d’activité ont convenu de rajouter « un peu » de moyens ». Des « petites modifications qui ne sont pas toujours visibles ».

–       un monteur détaché pour la monographie des élections.

–       Des moyens supplémentaires seront également alloués quand l’émission Dimanche en politique sera diffusée. Ces semaines-là, il y aura 1/2 journée de montage pour le module web, le monteur basculera sur le JT l’après-midi. Idem le vendredi : ½ journée pour l ‘émission puis JT l’après-midi. Donc au total, c’est un jour de montage en plus par semaine pour le JT.

Deux fois par an, la direction fait un point sur les ETP. Avec le financier et l’organisateur d’activité. La réunion doit se tenir prochainement. Le sujet sera évoqué.

Xavier Riboulet a précisé que, si les journaux du week-end étaient plus longs, il avait décidé de compenser en rediffusant les 7 minutes de mag basque le samedi midi mais seulement quand il est en français. Nous avons vérifié, il est en basque une fois sur 3. Il faudra alors trouver trois sujets de locales à re(re)diffuser…. Ou traiter l’actualité avec trois monteurs ….

La Direction a, enfin, réussi à nous fournir le nombre de monteurs pour les

–  20 premières semaines en 2016 : 704

– 20 premières semaines en 2017 : 672 j montage. Soit 32 jours de montage en moins, ce qui représente une économie de 1,6 jour monteur par semaine.

Selon Bruno Larramendy, il y avait eu « sur-consommation » en 2016 comparé à la « réalité économique » qu’on lui impose. Du coup, il a voulu rééquilibrer, « peut-être un peu trop ». Samuel Bignon rappelle que l’organisation peut aussi contribuer à lisser l’activité et à baisser le nombre de monteurs.

 

Commentaire de la CGT : Quelle réorganisation précisément ? Au regard des nombreuses questions DP et des mises en garde du CHSCT sur le sujet, elle n’est pas suffisante. La CGT entend la volonté de la direction de vérifier la charge de travail des monteurs avec ces derniers. Elle rappelle, si besoin, que les arrêts maladies sont très coûteux pour l’entreprise.

Elle attire l’attention de la direction sur le nécessaire temps de relâche pour les monteurs.

 

3 La direction a fait le choix de ne plus planifier systématiquement un éclairagiste pour assurer la mise en œuvre de l’éclairage du JT le week-end. Or, il est arrivé qu’à plusieurs reprises, l’éclairage des contres s’éteigne puis se rallume parfois juste avant la prise d’antenne. La direction s’est-elle penchée sur le problème ou prend-elle le risque que cela se produise en direct ? 

 

Réponse de la direction : Le choix de la direction est de privilégier l’activité sur le terrain et la plus-value que peut apporter leur technicité mais de ne plus planifier de CDD les week-ends. Pour Bruno Larramendy, « Ce choix a été fait en accord avec les éclairagistes. C’est le cadre technique qui s’occupe de la lumière le week-end.»

Le dysfonctionnement concernant les contres a été identifié. L’appareil qui permet de mémoriser « flanche de temps de temps ». Le fournisseur a été saisi. En attendant, le cadre ou l’éclairagiste peuvent le régler manuellement.
Commentaire de la CGT : l’éclairage LED est réputé très fiable. Pour autant, les faits le rappellent, il ne faut pas négliger la maintenance et évacuer l’hypothèse d’une panne en l’absence d’un éclairagiste. D’autre part, la CGT sera très vigilante sur l’engagement de la direction à privilégier l’activité sur le terrain des électros.

 

 

4 Pourquoi le réalisateur « maison » ne réalise-t-il pas les PAE et autres émissions spéciales ?

 

Réponse de la direction : Il travaille sur des émissions récurrentes mais a aussi travaillé sur le championnat du monde de surf et sera programmer sur la PAE- LGV. Il réfléchit également aux émissions de la rentrée. Il dépend de Dominique Papon, et on ne sait pas encore s’il sera le réalisateur qui va réaliser les émissions matinales de la rentrée.

 

5 Pour l’émission Surf à Biarritz, le plateau était équipé d’un pont lumière. Un machino et un éclairo sont arrivés la veille pour l’installer avec l’aide de bénévole de la compétition. Ils ont refusé l’aide de ces jeunes inexpérimentés de peur que l’un d’eux se blesse. Qui a pris la décision de demander de l’aide a de jeunes bénévoles et qui aurait été responsable si ils s’étaient blessés ? 

 

Réponse de la direction : Le pont lumière avait été prêté par Limoges. Il s’assemble au sol, en carré, puis se hisse. Pour cette dernière opération, il faut être plusieurs. Le chargé de prod a demandé d’aller chercher des bénévoles mis à disposition par l’organisateur de la compétition. Finalement, les salariés de F3 ont attendu l’arrivée d’une autre équipe.

Les bénévoles mis à disposition sont assurés. En cas d’accident, l’organisateur aurait été responsable.

 

Commentaire de la CGT : la direction présuppose que les bénévoles sont habilités à effectuer ce genre de missions sans avoir pris la peine de le vérifier dans le détail.

La CGT a également évoqué la sous-exposition de France 3 Aquitaine sur des événements dont elle est pourtant partenaire (pas de drapeaux, de tee shirts ciglés pour les équipes techniques) Les salariés qui sont fiers de travailler pour leur entreprise s’en étonnent. La direction se renseigne !

 

 

Question orale : les journalistes de la locale de Bayonne n’ont pas eu leur entretien annuel en 2016 et les fiches carrières des journalistes ne sont toujours pas mises à jour. Un problème technique persiste depuis 9 mois. La direction n’a pas de réponse du Siège sur ce dernier point.

 

Les serveurs imédia arrivent cette semaine à bordeaux et seront déployés dans les locales avant la fin de l’année. Bordeaux attend le calendrier de formation de Paris mais à priori notre région serait dans la 1ère vague de déploiement.

Au dernier COCA,  Isidro Martin a été nommé responsable informatique à Bordeaux.

 

 

Prochaine réunion des DP le 6 juillet et 31 août.

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *